Rachelle Brazeau

AvantAprèsÂge : 48
Ville : Gatineau

Poids éliminé : 50 lbs
Maintien depuis : 30 mars 1998

Voici ma petite histoire.
Avant Minçavi, pendant et après.

Depuis ma tendre enfance, je me bats avec des livres en trop. J'ai toujours eu un problème de poids et je ne faisais rien pour m'aider. À quoi bon tout faire pour éliminer du poids lorsque durant les festivités (et il y en avait beaucoup) la table était toujours remplie d'aliments pour tous les goûts, mais pas toujours très bons pour la santé. Nous étions 10 chez-moi et jamais nous ne manquions de nourriture. Pour moi, manger, me remplir le ventre était la seule chose qui me faisait plaisir. Peut importe comment je me sentais, peut importe ce qu'il y avait sur la table, j'était pas difficile et je « bouffais » de grosses assiettes à part de cela. J'étais une personne très gênée, qui ne sortait jamais et qui était toujours renfermée dans sa coquille.

Les années passaient et les livres s'accumulaient de plus en plus. En 1979, je me suis marié. J'ai toujours servi de grosses portions pour la visite ; une habitude que l'on garde. J'ai eu deux belles filles en santé, malgré mon problème de poids. Je n'avais pas de bonnes habitudes alimentaires, mais mes enfants étaient très bien nourris. En fait, mes filles mangeaient de tout, mais pas de cochonnerie. Je ne leur disais pas : « finissez votre assiette si vous voulez du dessert ».

À un moment donné, j'ai eu une petite folie. J'ai décidé de monter sur la balance. Oh! la vie de mariage ça fait engraisser. Malheur, quel chiffre affreux avec mes 5 pieds. Je décide donc de me prendre en main. Je fais plusieurs programmes ; je maigris, je reprends le poids perdu et je lâche. J'essaie un autre programme ; je maigris, je reprends le poids perdu et je lâche encore une fois. J'ai fait le yoyo durant plusieurs années. Argent gaspillé, j'arrête tout. En réalité, les petits trucs que j'ai appris, je ne m'en suis pas servi pour moi, mais plutôt pour les enfants. Je ne voulais surtout pas qu'ils passent à travers ce que moi je vivais. J'ai repris le poids perdu et les taxes avec. Le chiffre sur la balance était plus gros que celui d'avant ; c'est la déprime totale.

En 1998, nous déménageons à Gatineau. La vie continue et les livres en trop aussi. Un jour, je rencontre une des cousines à mon mari qui avait un très gros problème de poids. Je la regarde toute surprise ; elle était devenue très petite et surtout très belle. Je lui demande alors ce qu'elle avait fait et elle me dit qu'il y avait un programme pour éliminer du poids qui était très bien conçu. Elle m'expliqua qu'il en avait un à Gatineau, et qu'en plus de cela, il était situé qu'à cinq minutes de chez-moi. Je n'avais jamais entendu parler de Minçavi. Ça faisait deux ans qu'il y avait un groupe à Gatineau. Une de mes belles-sœurs était avec moi, alors on se regarde toutes les deux et je lui dis : « Ça te tentes-tu? Oui! répond t-elle. ». C'est à ce moment-là que l'on a embarqué. Un programme de plus ou un de moins, je n'avais rien à perdre (que des livres en trop).

La première rencontre de Minçavi a eu lieu un lundi soir. On écoute la conférence, on se fait expliquer le programme, on sort de la rencontre toutes mêlées et on se dit : « C'est pas grave, on apprendra.» On fait la commande d'épicerie en conséquence. Ensuite, j'explique à mon mari et à mes filles que là je le fais pour moi. Tout le monde est d'accord et c'est parti. Cette fois-là, j'étais décidé à me prendre en main. Première semaine accomplie, je monte sur la balance et ça inscrit ½ livre en moins. Aïe! Qu'est-ce qui c'est passé? Découragée, je me fais remonter le moral et je repars. C'est pour cela les conférences. De semaine en semaine, ça va de mieux en mieux. Sur tous les « régimes » que j'ai fait, Minçavi est le seul et l'unique qui a fonctionné pour moi. Pourquoi? Parce que j'ai changé mes habitudes alimentaires. J'ai réalisé que Minçavi, n'était pas une diète ni un régime (deux mots qui sont bannis de mon vocabulaire) mais bien une nouvelle façon de s'alimenter. J'ai changé ma façon de penser. Je me nourris pour vivre et non je vis pour manger.

J'ai eu des hauts et des bas, mais je me suis dit que cette fois-ci c'était la bonne, parce que j'y croyais. Je voulais éliminer toutes les livres que j'avais en trop et qui m'empêchait d'avancer. Je voulais vraiment gagner la bataille. J'étais très convaincue, très persévérante, très déterminée. Et s'avez-vous quoi? J'ai gagné la bataille! Peu importe ce que les gens aux alentours de moi me disaient et peu importe les moments difficiles que j'ai eu, j'ai tout de même gagné la bataille.

J'ai appris avec Minçavi à m'aimer, à sortir de ma coquille et à me prendre en main. J'ai tout mis les chances de mon côté. M.A.V. m'a beaucoup aidé et j'ai décidé d'aider les gens comme moi qui avaient un problème de poids. J'ai surpris tout le monde en travaillant pour Minçavi et surtout avec le public. En fait, je me suis surprise moi-même en devenant conférencière durant quelques années. J'ai aidé les gens de la manière dont moi j'ai été aidée. J'ai 50 livres d'éliminées et croyez-moi, je n'ai pas l'intention de les reprendre! Je me sens mieux, j'ai plus d'énergie. Vivre Minçavi !

Après la perte de poids, on ne doit pas laisser tomber notre programme et se dire : « Enfin, j'ai fini. J'ai éliminé ce que j'avais à éliminer et j'oublie ça.» Ce n'est pas comme cela que ça fonctionne, car il serait trop facile de retomber dans nos mauvaises habitudes. Minçavi c'est pour la vie! Tous les efforts que j'ai fait, je ne veux pas avoir à les refaire. Plus jamais, c'est bien entré entre mes deux oreilles. Et je me dis souvent : « Quand je veux, je peux ! » Ceux qui pensent abandonner, laissez-moi vous dire que ça vaut vraiment la peine de persévérer, de vouloir atteindre le poids rêvé depuis longtemps. J'ai rêvé au mien et je l'ai atteint. J'aimerais avant de terminer, dire un gros, gros merci à Mme Lyne Martineau d'avoir inventé le programme alimentaire qui est basé sur le Guide alimentaire canadien. Il fonctionne à merveille. Je voudrais également remercier ma conférencière et amie Nicole Boulanger ; un gros merci de m'avoir acceptée comme préposée à l'accueil et surtout pour le solide coup de pouce qu'elle m'a donné pour devenir conférencière il y a de cela quelques années. Je lui ai dit que je ne serais pas capable de le faire, soit de parler devant tout le monde, mais j'ai réussi et je me suis surprise moi-même. Chapeau à tout le personnel du bureau pour leur travail remarquable.

Merci à toute cette belle équipe!
Je vous laisse là-dessus, je pense que j'en ai assez dit.
Que Dieu vous garde, parce que moi je n'ai plus de place chez-moi!

Rachelle Brazeau
Conférencière

 

« Retour

X
© 2014-2020 Minçavi. Tous droits réservés.
Réalisation : absolu.ca