Jasmine Houle

AvantAprèsÂge : 43
Ville : St-Charles-de-Drummond

Poids éliminé : 53 lbs
Maintien depuis : 1 février 2005


20 ANS DE PROBLÈMES DE POIDS


Mon problème de poids a débuté lorsque j'étais adolescente. Un soir, au souper, ma mère m'a dit : « Tu devrais faire un petit peu plus attention à la nourriture que tu manges à ton âge. »  Finalement, c'était pour ma santé, mais moi je me suis dit : « Je mange trop.» Je me suis mise à regarder ce que je mangeais, à me priver un peu même si j'avais le goût d'en prendre plus.  Je me disais : « Oh, non, il faut que je fasse attention. » Ensuite, il y a eu mon premier copain qui m'a taquinée un soir en me disant : « Ah, la belle petite bedaine, les beaux petits bourrelets. » Ma réflexion a été la suivante : « Il faut que je fasse attention à ma nourriture, j'ai un problème de poids. » C'est alors qu'une amie m'apprend qu'il y a un nouveau régime sur le marché. Perte de 12 lb en 10 jours. « Yes, ça marche », me dis-je. Tout ce que je voulais, c'était être belle et mince.

 Plus tard, ça ne fonctionnait plus. J'avais faim et c'était de plus en plus difficile. J'ai décidé de commencer à manger, mais je me suis mise à prendre du poids. Je ne voulais pas prendre de poids, je voulais rester mince tout en mangeant. J'ai commencé à manger les fins de semaine et presque pas pendant la semaine. Après un certain temps, ce régime ne convenait plus. Maigris, engraisse, c'était le yo-yo constamment. Ça va faire, finie la beauté… Maintenant, je mange à ma faim.  Plus je prenais du poids, plus j'agrandissais mes pantalons. C'était le vrai bonheur, je mangeais ce que je voulais et personne ne m'achalait. Avec les années, j'ai pris 10, 20, 30 lb, et ce, jusqu'à 65 lb.  Je portais des gilets très longs pour cacher mon surplus de poids.

 Ensuite est arrivé l'étape où je ne m'aimais plus, je me sentais mal, j'étais essoufflée. Le seul exercice que je faisais était de mettre de la nourriture dans ma bouche. Aussitôt que j'avais terminé de faire les choses que je devais faire, je cherchais juste à m'asseoir ou à me coucher. J'avais plus de vie et pourtant, je mangeais ce que je voulais, quand je voulais, la quantité que je voulais, mais je n'étais pas heureuse.

Après est venu l'étape du miroir. J'ai vécu le grand mal, la grande blessure. Je me regardais et je ne me reconnaissais plus. Où vais-je comme cela? Où suis-je rendue? Je ne pensais plus pouvoir me sortir de cette situation.

 Arrive l'étape du vouloir. Je voulais manger et être moi-même – pas manger et ne plus me reconnaître! Pas avoir un surplus de poids de 65 lb ou être petite et ne plus pouvoir rien manger.  Je me disais : « Ça doit bien exister quelque part un programme où on peut manger normalement et atteindre un poids santé? » J'ai commencé à la maison en coupant ketchup et vinaigrette, en ne mangeant plus après 19 h, et en mangeant une assiettée au lieu de deux ou trois. J'ai éliminé 12 lb comme ça. J'étais contente, je me sentais un peu mieux ; il y avait de l'espoir.

 Ensuite, il y a eu l'étape du souhait. J'ai souhaité apprendre à bien m'alimenter. Je suis allée à la bibliothèque pour obtenir de l'information sur la nourriture et sur la santé en général. Seule, je trouvais cela difficile et peu stimulant. Un bon matin, j'ai rencontré une amie (Brenda-Lee), et on a parlé de perte de poids. Elle avait éliminé beaucoup de poids, et elle se sentait bien. Elle suivait le programme Minçavi. Alors, je me suis dit que je pourrais peut-être y aller un de ces bons jours.

 Je décide donc d'aller à Minçavi, et ce, même si j'étais un peu frustrée. C'était ma décision, mais il n'était pas question que l'on m'empêche de manger pour maigrir. J'y allais pour ma santé et pour apprendre à m'alimenter sainement. Perdre du poids n'était pas mon premier but ; je voulais surtout me sentir mieux et bien manger, peu importe le temps pour perdre du poids.

 Finalement, ça s'est bien passé avec le programme Minçavi. Je mangeais bien, à ma faim, et j'étais comblée. Plus de ce « trou vide », je me sentais rassasiée. Enfin, j'atteignais l'équilibre que je recherchais depuis 20 ans.

 Une journée, j'ai décortiqué le mot Minçavi – c'est ma vie ce mot-là. Minç(e) = ma ligne de pensée du début (je voulais juste être mince et belle, peu importe ma santé.) Avi(e) = ma ligne de pensée actuelle (aujourd'hui, je mets l'accent sur les mots « à vie ».) En santé pour la vie! Minçavi, c'est pour ma vie, et ce, jusqu'à l'apparition de mes cheveux gris… le reste vient ensuite!

Jasmine Houle

« Retour

X
© 2014-2020 Minçavi. Tous droits réservés.
Réalisation : absolu.ca