Isabelle Gibson

AvantAprèsÂge : 20
Ville : Beauharnois

Poids éliminé : 20 lbs
Maintien depuis : 1 juin 2016

Miroir, miroir… dis-moi qui est la plus belle!

 

Coiffeuse de profession, Isabelle Gibson passe beaucoup de temps devant le miroir. Comme elle n’en pouvait plus de voir, tous les jours, le reflet qu’il lui renvoyait d’elle, cette jeune femme a décidé d’arrêter de se plaindre et s’est prise en main.

 

«Je n’étais plus bien dans mon corps. Je n’aimais pas ce que je voyais dans le miroir. Ça faisait longtemps que je voulais maigrir, mais dans ma tête, c’était vraiment compliqué!», exprime Isabelle Gibson.

Sa mère, qui est une membre Minçavi depuis belle lurette, l’a amenée à une rencontre près de chez elles, à Beauharnois, en novembre dernier.

«J’étais comme le bébé du groupe!», s’exclame cette jeune femme de 20 ans.

Au début, Isabelle a mis un certain temps avant de suivre rigoureusement le programme alimentaire Minçavi. Elle admet également qu’elle partait de loin…

Avec ses amies, cette jeune adulte mangeait régulièrement de la malbouffe dans les commerces de restauration rapide. De plus, ses portions de pâte dépassaient largement les recommandations santé.

«Je n’avais pas une bonne alimentation et je continuais mes mauvaises habitudes», dit-elle.

 

Elle a eu peur

Après les Fêtes, les chiffres qu’elle a vus sur la balance lui ont fait peur… elle approchait les 150 livres. Pour elle, c’était assez!

«Aussitôt que j’ai changé mon alimentation, les résultats sont apparus rapidement. J’ai mesuré mes protéines, calculé mes pains. J’ai commencé à boire beaucoup d’eau. Souvent je pensais que j’avais faim, alors que j’avais juste soif», partage-t-elle.

Soucieuse d’atteindre ses objectifs, Isabelle refusait parfois d’accompagner ses amies aux restos «moins recommandables».

«On n’a pas le choix de dire non si on veut changer quelque chose», plaide-t-elle.

Rapidement, elles ont pris l’habitude de suggérer des restaurants qui offraient une alimentation plus saine.

«Le fait de me faire peser chaque semaine me motivait à ne pas manger de «fastfood»», confie celle qui a apprécié l’aide de sa mère et de sa coach minceur, Jeanne d'Arc Davril.

«Elle est «full dedans». Elle est drôle! Chaque semaine, j’aimais ça aller aux conférences. C’était pas une obligation», commente-t-elle.

 

Agir à 20 ans

Isabelle était vraiment émue quand sa coach lui a remis son certificat qui attestait qu’elle avait éliminé ses 25 livres en trop.

Elle trouvait important d’agir maintenant, à 20 ans, avant d’avoir atteint un surplus de poids trop important.

Ses 25 livres en moins font vraiment une différence.

«J’ai plus confiance en moi! Et ça ne me dérange plus de me mettre en costume de bain», illustre cette femme déterminée.

Elle s’aperçoit que les mauvaises habitudes alimentaires ont un impact au-delà du poids…

«La première semaine, quand j’ai arrêté de manger du sucre, j’avais mal à la tête. Je ne me sentais pas bien. Aujourd’hui, si je mange une poutine, je vais mal «feeler» après», constate-t-elle.

Cette femme est vraiment fière de s’être responsabilisée.

«C’est toi qui décides d’aller à tel endroit ou pas. C’est toi qui décides de manger tel aliment ou pas. On est la seule personne qui peut s’aider. Personne ne peut le faire à notre place», conclut-elle.

« Retour

X
© 2014-2020 Minçavi. Tous droits réservés.
Réalisation : absolu.ca