L'amour de soi, une résolution en OR.

28-12-2017


Dans nos rapports avec nous-même et avec les autres, on se transmet des messages. Les messages positifs nous procurent du bien-être, alors que les négatifs grugent notre estime et peuvent faire beaucoup de ravage. D'ailleurs, certaines doctrines rapportent que notre pire ennemi serait en nous-même.

Lorsque l'on mange sainement, lorsque l'on bouge en famille ou entre amis et lorsque l'on aime son apparence, on s'envoie des messages positifs. Pour arriver à augmenter ces derniers, il faut miser sur la simplicité et le plaisir.

Comment augmenter simplement les messages positifs par :

1.       La saine alimentation

  • Varions notre alimentation;
  • Essayons de nouvelles recettes ou des mets ethniques;
  • Améliorons la présentation des aliments et du couvert;
  • Savourons, mangeons plus lentement et arrêtons au bon moment.

2.       L'activité physique

  • Marchons 10 à 15 minutes plusieurs fois par jour : pour nos commissions (plutôt que de prendre notre voiture), au dîner seul ou avec des collègues de travail, le matin ou le soir avec un ou une amie;
  • Pendant que nous regardons la télévision ou avant de nous coucher, prenons 10 minutes pour faire des exercices de musculation ou de résistance comme des redressements assis ou la manipulation sécuritaire de petits poids;
  • Jouons activement pendant au moins 10 minutes avec nos enfants ou nos petits-enfants. Ils seront ravis et l'ambiance dans la maison en sera plus positive.

3.       L'image corporelle

  • Acceptons que la beauté réside dans une diversité de formes;
  • Réalisons que la beauté se manifeste aussi dans une diversité de dimensions. Par exemple, qui ne s'est jamais laissé charmer par la petite étincelle dans les yeux des passionnés ou le charisme, le magnétisme d'une personne dont le physique ne correspond pas nécessairement aux modèles de beauté véhiculés dans les médias;
  • Soyons authentique;
  • Croyons en nous.

Pour la majorité des femmes, les stéréotypes de beauté véhiculés par les médias demandent des privations pour atteindre et maintenir un poids aussi faible. Par exemple, selon une étude américaine effectuée en 1999-2000, près de 1 sur 3 (31 %) de tous les types de corps féminin présentés à la télévision se situent en dessous du poids santé alors que dans la vraie vie, seulement 5 % de toutes les femmes ont un type de corps très mince voir maigre. De quoi influencer l'expression de notre image corporelle.

De plus, de nos jours, on associe encore trop la minceur à la beauté et à la réussite professionnelle. La pression sociale envers les femmes conduit souvent à des troubles de comportements alimentaires (anorexie, boulimie, compulsions alimentaires) et détruit la relation normale que peut avoir la femme envers les aliments. Au contraire, il faut tendre à célébrer la beauté de la diversité des corps. Cessons de croire que pour être en santé, il faut absolument être mince. Cesser de fumer, bien manger et bouger améliore aussi la santé indépendamment du poids corporel. L'obsession de la minceur et l'oppression de la grosseur font toutes deux autant de tort. Par ailleurs, la situation évolue, on nous présente des images corporelles de plus en plus variées et plus représentatives de la réalité.

Comment se porte votre image corporelle?

• Vous vous empêchez de faire une activité physique ou sociale à cause de votre poids?

• Vous vous dites que vous serez séduisante seulement lorsque vous aurez perdu du poids?

• Vous évitez l'intimité physique ou vous vous brimez dans votre sexualité à cause de votre poids?

• Vous vous obligez à réussir pour « compenser » votre apparence?

Si vous avez répondu oui à l'une de ces questions, votre image corporelle est peut-être malade! Avant de vous lancer tête première dans une démarche d'élimination de poids, il faut commencer par la soigner. C'est une priorité. Arrêtons de remettre à demain, car avec les modèles de beauté d'aujourd'hui, nous risquons fort de ne jamais être satisfaite du poids que nous avons.

Chaque semaine, dans nos groupes de motivation, nous vous encourageons à vivre pleinement, à prendre du temps pour vous et à prendre soins de vous. Ça aussi, ça fait partie de la solution!

Les morphotypes ou les différents types de silhouette


Le gazon est toujours plus vert chez le voisin et nous cherchons tous à modifier notre apparence physique. Toutefois, soyons sages et réalistes, car en grande partie, notre morphotype correspond à de nombreux paramètres génétiques. Jamais une femme ronde et bien portante comme le peignait Rubens (un des grands noms de la peinture baroque) ne se transformera en échalote! Et rares sont les échalotes qui bénéficient naturellement d'une généreuse poitrine!

Voici un aperçu des différents morphotypes « purs ». Toutefois, la plupart d'entre nous présenteront des caractéristiques intermédiaires entre ces différents types.

  • Le type mésomorphe (ou type athlétique)
  • Le type endomorphe (ou type rond)
  • Le type ectomorphe (ou type échalote)

Le type mésomorphe possède les caractéristiques suivantes :

• visage carré ou rectangulaire;
• corps musclé et large;
• épaules horizontales plus larges que le bassin;
• membres longs;
• ossature solide.

Le type endomorphe possède les caractéristiques suivantes :

• visage arrondi;
• corps étroit;
• épaules étroites;
• membres courts;
• ossature fine;
• tendance à la rondeur et à la prise de tissus adipeux.

Le type ectomorphe possède les caractéristiques suivantes :

• visage triangulaire;
• épaules et bassin étroits;
• membres longs;
• ossature fine;
• grand et mince;
• faible masse musculaire.

Bien qu'il soit possible de modifier en partie notre silhouette par l'activité physique régulière et une saine alimentation, on ne peut la changer complètement. Il est donc important de garder en tête qu'un corps en santé existe sous différents formats et que le bien-être réside dans une démarche globale. Ainsi, comme l'on ne peut comparer des pommes avec des oranges, plutôt que de se comparer à d'autres, au fil du temps, comparons-nous à nous-même.

Concentrons-nous sur l'instant présent et saisissons pleinement toutes les occasions de sourire! Pour terminer, je vous offre une petite pensée que j'ai lue dernièrement et qui, je crois, conclut bien le sujet de cette chronique :

« Il est vrai qu'on doit penser au bonheur des autres; mais on ne dit pas assez que, ce que nous pouvons faire de mieux pour ceux qui nous aiment, c'est d'être heureux. » Emile-Auguste Chartier


Véronique Therrien, Dt.P.
Diététiste-nutritionniste
Collaboration
Danielle Dubois, Dt.P., Minçavi inc.


« Retour

© 2014-2022 Minçavi. Tous droits réservés.