Février, mois du coeur

Février, mois du coeur05-02-2019

En l'honneur du mois du cœur et afin d'éviter ou de retarder « les cœurs brisés », prenons quelques instants pour analyser nos facteurs de risques et explorer les avenues qui peuvent nous aider à vivre PLEINEMENT plus longtemps.

En fait, bien que certains éléments soient incontrôlables (sexe, âge, antécédents familiaux), une majorité de facteurs peuvent être contrôlés par de saines habitudes de vie!

Principaux facteurs de risque contrôlables 

La tension artérielle 

En diagnostiquant et en traitant adéquatement l'hypertension artérielle, vous pouvez réduire vos risques d'AVC (accident vasculaire cérébral) jusqu'à 40 % et de crise cardiaque jusqu'à 25 %. La plupart du temps, l'hypertension artérielle ne présente aucun symptôme, alors il faut la faire vérifier au moins une fois tous les deux ans par un professionnel de la santé.

Le cholestérol

Un taux élevé de cholestérol peut entraîner l'accumulation de plaque contre les parois des artères et les rétrécir, ce qui nuit à la circulation du sang et augmente vos risques de maladies cardiovasculaires. 

Le diabète

Un taux de sucre (glycémie) supérieur à la normale est toxique pour les vaisseaux sanguins. Il endommage notre tuyauterie et fait vieillir cette dernière prématurément. Ainsi, le diabète, particulièrement lorsqu'il est mal contrôlé, augmente les risques d'hypertension artérielle, d'athérosclérose (rétrécissement des artères), de maladie coronarienne et d'AVC. 

Embonpoint

Près de 60 % des adultes canadiens souffrent d'embonpoint ou d'obésité, ce qui cause de plus en plus d'inquiétude. Effectivement, cette situation est un important facteur de risque associé aux maladies du cœur et aux AVC. Par ailleurs, une simple élimination de 5 à 10 % de notre poids de départ (ex. : 10 à 20 lb pour une personne qui pèse 200 lb), améliore systématiquement les trois facteurs de risque précédents. Voilà un investissement payant!

Consommation excessive d'alcool

Oui chez certains (mais pas tous), une consommation modérée d'alcool peut s'avérer positive pour le cœur. Toutefois, dépasser les maximums recommandés apporte non seulement des inconvénients, mais annule l'effet positif que peut avoir ce dernier sur notre santé. Boire trop d'alcool, sous quelque forme que ce soit, peut faire augmenter votre tension artérielle et provoquer une maladie du cœur ou un AVC.  

Si vous ne buvez pas, ne commencez pas nécessairement à le faire. Améliorer son alimentation en général, augmenter son niveau d'activité physique et éviter de fumer procurent des avantages beaucoup plus notables sur notre santé qu'une consommation modérée d'alcool. 

Si vous consommez de l'alcool, limitez-vous à une ou deux consommations par jour, et ce, jusqu'à un maximum hebdomadaire de neuf chez les femmes et de 14 chez les hommes. Attention, ceci ne s'applique pas à tous. Les personnes qui souhaitent éliminer du poids, qui souffrent déjà de certaines maladies du cœur comme l'hypertension ou d'un niveau de triglycérides élevé dans le sang, de maladies du foie ou de maladies mentales, qui prennent certains médicaments, qui ont des antécédents personnels ou familiaux d'abus d'alcool, qui sont atteintes de cancer, les femmes enceintes et celles qui tentent de le devenir ainsi que les femmes qui allaitent devraient éviter ou limiter davantage leur consommation d'alcool. Si vous vous inquiétez des effets de l'alcool sur votre santé, consultez votre médecin.

Sédentarité

Les personnes sédentaires courent deux fois plus de risques de subir une maladie du cœur ou un AVC.  Être inactif est aussi dommageable pour la santé du cœur que de fumer un paquet de cigarettes par jour. 

La Fondation des maladies du cœur recommande de bouger 30 minutes presque tous les jours en tentant d'augmenter progressivement, et ce, pour atteindre 60 minutes par jour. Pour y arriver, il faut y mettre du plaisir et en faire une priorité.

Tabagisme

Cesser de fumer est la chose la plus importante que vous pouvez faire pour votre santé. Aucun médicament n'aura cette efficacité. Le tabagisme et/ou l'exposition à la fumée secondaire comportent plusieurs effets négatifs pour la santé. Au niveau cardiovasculaire, ceci contribue à l'accumulation de plaque dans nos artères, fait augmenter le risque de caillots sanguins, réduit l'apport en oxygène dans le sang, fait augmenter notre tension artérielle et fait travailler notre cœur plus fort. Le tabagisme fait presque doubler les risques d'AVC ischémique. 

Stress

Trop de stress peut engendrer une multitude de phénomènes négatifs pour notre santé. Le lien entre le stress, les maladies du cœur et les AVC n'est pas entièrement compris, mais certaines personnes très stressées, ou stressées pendant de longues périodes, peuvent afficher un taux de cholestérol plus élevé, une tension artérielle plus haute et être plus sujettes à l'athérosclérose (rétrécissement des artères). Sans compter que ce dernier peut nuire au maintien d'un poids optimal. Par ailleurs, il est certain qu'indirectement, le stress mène généralement à dormir et à manger moins bien, à fumer davantage et à négliger l'activité physique.

Bref, bouger plus, manger mieux et cesser de fumer contribuent non seulement à ajouter des années à notre vie, mais surtout à ajouter de la vie à ces années!
Vous souhaitez avoir plus de détails, consultez le site Web de la Fondation des maladies du cœur au https://www.coeuretavc.ca/. Découvrez en détails les bienfaits de l'activité physique dans votre quotidien. Ce lien vous permettra également d'avoir accès à une évaluation et un plan d'action personnalisé de vos facteurs de risque (L'évaluation de risque cardiovasculaire).

À la santé de votre cœur et à celui de vos proches! 

Véronique Therrien
Nutritionniste 
 

Collaboration
Danielle Dubois, Dt.P.

Ressource : Fondation des maladies du cœur (www.fmcoeur.qc.ca)


« Retour

X
© 2014-2020 Minçavi. Tous droits réservés.
Réalisation : absolu.ca