Démystifier les matières grasses

02-12-2004Longtemps assises au banc des accusés pour leurs responsabilités dans l'étiologie de certaines maladies chroniques (cancer, hypertension, obésité et maladies cardiovasculaires), certaines d'entre elles sont actuellement en phase de réhabilitation! On reconnaît maintenant que les acides gras jouent des rôles fondamentaux et que certains types, lorsque consommés avec modération, ont des effets positifs sur le fonctionnement de notre organisme. Toutefois, il reste que les matières grasses constituent un carburant concentré en énergie. Pour une même quantité, elles nous procurent deux fois plus de calories que les glucides et les protéines. Apprenons à les connaître afin de mieux comprendre les messages véhiculés dans les médias et favorisons celles qui nous offrent plus que de belles rondeurs en prime.

Les acides gras se distinguent :

Les néfastes

Gras saturés
Ces gras augmentent le taux du mauvais cholestérol. Ils sont habituellement solides à la température de la pièce.On les retrouve principalement dans les produits d'origine animale comme la viande, la volaille, les produits laitiers entiers, le beurre, les jaunes d'œufs, de même que dans certains types d'aliments commerciaux tels que les pâtisseries, les croissants, les biscuits, les craquelins, les croustilles, les fritures, le saindoux, la noix de coco, l'huile de palme et de palmiste. Vous pouvez facilement visualiser la teneur en acides gras saturés sur le tableau des informations nutritionnelles et effectuer vos comparaisons. Aussi, sur les listes d'ingrédients des produits commerciaux, il faut éviter les appellations suivantes: « huile de coprah », « huile de coco », « huile de noix de coco », « huile de palme », « huile de palmiste ».

Gras trans
Il a été démontré que ces gras contribuent à augmenter le taux du mauvais cholestérol en plus de tendre à diminuer le bon cholestérol sanguin, ce qui est doublement dommageable. Ils sont fabriqués par un procédé nommé hydrogénation qui transforme des gras liquides en gras solides. Comme ces gras sont issus de nos laboratoires, très peu d'aliments non transformés contiennent ce type d'acide gras.Depuis janvier 2003, un règlement rend obligatoire l'étiquetage nutritionnel des gras trans pour la plupart des aliments préemballés. Les manufacturiers en alimentation disposent d'une période de trois ans pour se conformer pleinement au nouveau règlement, mais les nouvelles étiquettes se retrouvent déjà sur les étalages. Ainsi, pour les piéger, sortez vos lunettes et prenez connaissance des informations nutritionnelles ainsi que des listes d'ingrédients et sur les étiquettes. Vous pourrez aussi facilement visualiser la teneur en acides gras trans sur le tableau des informations nutritionnelles ou la mention est maintenant obligatoire. Au niveau de la liste des ingrédients, il faut éviter les appellations suivantes : « shortening végétal », « saindoux », « huile hydrogénée » et « huile partiellement hydrogénée ».

En conclusion, selon les statistiques, la plupart d'entre nous consommons trop de matières grasses. Ainsi, il faut continuer d'essayer de réduire ce type de carburant dans notre alimentation. En parallèle, substituons les néfastes pour les bénéfiques. Finalement, consommer une variété d'huiles et de graisses nous permet d'assurer un équilibre favorable entre les différents types d'acides gras.

Pour faire votre marché en étant mieux renseigné sur chaque grande catégorie d'aliments et de produits que l'on retrouve dans une épicerie, procurez-vous le nouveau Guide pratique de l'alimentation : bien acheter pour mieux manger publié dans la collection Protégez-Vous. Pour plus de détails, cliquer ici.

Véronique Therrien
Diététiste pour Minçavi


« Retour

© 2014-2022 Minçavi. Tous droits réservés.